Comment pouvez-vous priver le père de l’autorité parentale ?

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

J’ ai peint un cerf mardi. Pour ma fille. Elle a dû décorer son magazine gentiment et n’a pas eu le temps pour un sacré temps parce qu’elle devait toujours faire l’allemand. Et les maths. Et autant qu’elle voulait déplacer sa poupée.

A lire en complément : Comment retourner une tâche par e-mail ?

L’année scolaire est jeune, c’est octobre. Je me sens plus froid comme juillet. J’en ai marre. Déjà. Qu’est-ce qui ne va pas dans notre système que, en tant que mère de deux enfants, je me préoccupe plus de l’école que de mon propre travail ?

Ce qui ne va pas ici, c’est que, en tant que mère de deux enfants, je passe parfois des heures à interroger le vocabulaire, à expliquer la grammaire incomprise, à chercher des feuilles d’exercice (écrit par l’enfant dans le livre des devoirs à la demande des enseignants et avec des caractères cryptiques de l’enfant) sur Internet. effectuer des expériences de filtre à eau avec du papier toilette par rapport à la crêpe de cuisine pour recueillir les feuilles d’automne, Signer le travail criminel, demander du vocabulaire à nouveau, contrôler rapidement les problèmes mathématiques, pratiquer rapidement une dictée, juste répéter brièvement les virgules, interroger un poème. Rapide, rapide. Parce que les enfants veulent avoir du temps libre à un moment donné. Et moi aussi. Haha. Quelque chose ne va pas si le groupe d’applications Whats du club sportif — où les enfants s’entraînent deux fois par semaine — s’excuse régulièrement auprès des parents que leur enfant ne peut pas venir parce qu’ils ne peuvent plus finir leurs devoirs à nouveau. Fait avec des emojis amers pleurant. Ou parce que l’enfant a encore besoin d’apprendre. N’importe quoi. Peu importe. Les emoji congelés, les emoji pleurant. Et cela malgré le fait que la formation ne commence pas jusqu’à 17:30. C’est le moment où le travailleur moyen ne commence pas la fin de la journée bien entretenu pendant une longue période, va au gymnase ou une bière grésillant devant la télé s’ouvre.

A découvrir également : Comment devenir une famille d'accueil adulte ?

Sauf si, malheureusement, c’est une mère. Ou malheureux enfant.

Il y a des jours où je me sens comme un emoji pleurant du matin au soir. Je suis nul quand je pousse mes enfants pressés avec seulement la moitié des yeux ouverts juste avant 7h, dépêchez-vous de travailler moi-même, à midi à peine la transition de son propre travail à l’amoureux attention-me-bey-bey-fast-et-alors faites-vos devoirs côte à côte – Vous devez être là maintenant dans le choeur-comment-it-it-à l’école.

Mais je suis scandaleusement chanceux, je peux le faire, et mes enfants, eux aussi. Nous ne sommes pas si bons pour ces trucs. C’est suffisant seulement pour la médiocité. Mais c’est assez. Avec Oh et le bruit. Honnêtement, avec hélas et tellement plus de bruit. Et parfois on triche aussi. J’ai peint un cerf mardi. Pour ma fille. Elle a dû décorer son livret HUS joliment et Duckin’ n’a pas eu le temps parce qu’elle devait toujours faire l’allemand. Et les maths et si horriblement friands de visiter son groupe de théâtre à l’heure. Et en fait, sa poupée voulait bouger aussi, mais pour les affaires d’un tel enfant, le week-end est parti. Alors je cuisine un café pour la fatigue infinie du déjeuner après cinq heures de travail à temps partiel et trop peu de sommeil, et une fois arrêté un cerf après le déjeuner sain et équilibré fraîchement cuit et je mets aussi quelques arbres tordu et parce que je ne peux pas peindre du tout, l’enseignant ne remarquera même pas que je l’étais. Et pas le gamin. L’essentiel est que ma fille aime ça. Et parfois, je sauve le cul de mon fils par téléphone en fin d’après-midi, parce que j’ai encore assez de force pour discuter avec les enseignants de temps en temps. A propos d’une punition absurde, par exemple, ou quelque chose qu’il a oublié. Parce qu’il est juste oubliant et totalement abattu, ouais… et épuisant, oui, mais pas de cas désespérés pour cela.

Mais parfois, puisque je n’ai pas de force et de patience zéro commanull et que je suis infiniment agacé et rugit autour, arrachant des cahiers paresseux de la table et sont injustes et bruyants et désespérés parce qu’ils ne comprennent rien ou ne se lâchent ou rêvent, regardez dans l’air ou testez la profondeur que vous regardez épines de cactus sous la couche supérieure de la peau peut poignarder l’index sans saigner, au lieu de finalement remplir cette feuille de calcul allemande stupide sur actif-passif et emballer le stupide sac scolaire pour demain.

Mais dans la soirée, nous retrouverons la paix. On rira encore ensemble. Parce qu’on va faire en sorte que ça marche. Ensemble. Tous. Tout le drame. Et puis, quand je serai hors travail un jour, pas aller directement au lit autour de dix heures et demie et encore, même si je devais avoir toute la force pour le lendemain, qui était à 6h30 L’horloge commence. Et si vous préférez boire un autre verre de vin et déraisonnablement un autre, alors je me demande, qu’en est-il de tous ceux qui ne peuvent pas le faire ?

Qu’ en est-il de ces mères qui n’ont pas la force de faire tout cela ? La chose sur le travail et le ménage et les enfants et la vie normale. Parce que son boulot est de la manger. Parce qu’ils sont des craintes de l’existence. Ou juste le chagrin. Parce que c’est un parent célibataire. Parce que la vie normale n’est pas toujours amicale. Et le système impitoyable. Parce qu’ils ne sont pas toujours forts. Parce que leurs enfants ne travailleront pas dans ce système tout de suite. Ne le comprends pas maintenant. Parce qu’ils ne peuvent pas y arriver. Parce qu’ils ne parlent pas trois langues. Peut-être même pas allemand. Parce qu’ils n’ont peut-être pas compris ou n’ont jamais appris les mathématiques au cours de leurs propres années scolaires. Parce qu’ils n’ont aucun rapport avec la géographie et la plaine du Rhin supérieur. Parce qu’ils viennent peut-être d’un autre pays, un pays où il peut jouer un rôle qui est en guerre avec qui, mais pas les strates rocheuses, où se produisent. Parce qu’ils veulent offrir un avenir à leurs enfants ici, mais notre système scolaire leur est complètement étranger. Parce qu’ils ne peuvent même pas peindre un cerf stupide de quatrième classe. Parce qu’ils pourraient — certes — mais parce que leurs enfants n’oseraient pas leur demander. Parce que les enfants ont déjà compris que le cerf stupide serait trop. Qu’en est-il des mères et des enfants de ce système scolaire ? Ils sont perdus.

Et c’est coulé.

timide

Partager.
Show Buttons
Hide Buttons