Sécurité des plages à Marseille : un défi quotidien

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

La sécurité des câbles dans la ville phocéenne est un enjeu non négligeable. En effet, il est désormais très difficile d’assurer la sécurité dans les lieux publics, notamment les plages et les promenades qui sont très fréquentées durant la période estivale. Si l’on sait que la plupart de policiers ne sont pas armés sur les plages, on se demande vraiment quelle riposte pourraient-ils avoir en cas d’attaque. Une question qui interroge toutes les autorités de la ville. Zoom sur un risque jusqu’à inconsidéré, mais très présent.

L’inquiétude monte

Partout en France, surtout au niveau des plages, c’est l’inquiétude globale après les attentats de Paris et de Nice. En effet, les autorités de la ville phocéenne espèrent qu’aucun incident ne se produirait dans les plages. Cependant, aucune garantie n’est fournie par rapport à cet état de fait. Dès lors, l’inquiétude est grandissante dans la zone, car on ne peut plus vraiment se mettre que certains évènements viennent gâcher la tranquillité des habitants de la ville phocéenne. Sur les 11 postes de surveillance permettant de contrôler plus de 15 sites, seuls 3 policiers titulaires étaient armés. Au niveau des plages de Prado-Nord, Borély, Pointe Rouge, Sormiou, auxx Catalans, etc., le directeur départemental de la sécurité publique a laissé le choix à ses hommes. En effet, bien qu’il soit vrai que le fait d’exercer ce métier sur le sable avec un pistolet autour de la taille n’est pas facile, les agents de police s’en sortent plutôt bien.

Quelques défauts d’organisation

Le principal obstacle de la sécurité sur les plages de Marseille, c’est que les agents n’ont pas la possibilité de communiquer entre eux, contrairement à http://www.answersecurite.com/prestations/. En effet, le système de communication entre les agents est de piètre qualité et ne permet pas une surveillance efficace et une alerte en cas d’incident. Récemment, un policier a été obligé de composer le 17 sur son propre téléphone afin d’alerter ses collègues sur un cas de vol. Environ 8 minutes se sont écoulées avant l’intervention des agents. Résultat : le voleur s’est envolé.

Prendre exemple sur les États-Unis ?

Sur les plages américaines, les policiers sont systématiquement armés. Certains élus défendent d’ailleurs cette idée avec force et estiment qu’un policier désarmé n’en était pas vraiment un. Certains proposent même des CRS armés jusqu’aux dents, bien que cela aurait de la gueule. Ils estiment en effet que l’affichage serait plus fort, plus dissuasif et on ne les verrait que de manière furtive.

Partager.
Show Buttons
Hide Buttons