Un ferrailleur arrêté pour conduite de scooter en état d’ivresse

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Un ferrailleur avait été condamné en première instance à 16 mois de prison fermes après avoir été contrôlé positif à l’alcool sur son scooter à Argentan. La peine a par la suite été réduite à quatre mois de prison fermes. Poursuivi par la police, l’homme avait refusé d’arrêter son scooter.

L’accusé était poursuivi pour plusieurs délits routiers

Le prévenu, qui est âgé de 44 ans avait été condamné à 16 mois de prison ferme en première instance. La sanction a ensuite été revue, et c’est ainsi que la cour d’appel de Caen a procédé à une réduction de la peine. Sous l’emprise de l’alcool, l’accusé a été poursuivi pour plusieurs délits routiers.
Ce n’est pas la première fois que le ferrailleur est arrêté pour des faits de ce genre. Toujours sur son scooter, il a été contrôlé à Argentan en décembre 2017 et en octobre 2018. Lors de ces contrôles, les policiers avaient remarqué la présence de 1,8 g, et de 2,4 g d’alcool dans son sang.
En plus, lorsque les policiers se sont lancés à sa poursuite le ferrailleur n’a pas voulu s’arrêter, et tentait de les semer.

Le prévenu se défend à la barre

Devant le juge, il a été rappelé au prévenu son arrestation pour des faits similaires qui avaient eu lieu en décembre 2017. Il avait consommé 3 litres de bière contenant 8,6 % d’alcool. C’est sur le boulevard Victor Hugo que la police a procédé à son interpellation. Pour sa défense, le ferrailleur a précisé qu’il était à l’anniversaire d’un ami.
Lors de son arrestation, le prévenu avait nié les faits qui lui étaient reprochés. Devant les juges, l’homme, qui habite dans une caravane, a tenté d’expliquer aux juges son addiction pour l’alcool. Tentant de se justifier devant la barre, il a rejeté la faute sur son corps qui ne peut se passer de l’alcool.

Le prévenu a bénéficié d’une deuxième chance

L’avocat général a tenu à rappeler au prévenu que la manière dont il consommait l’alcool était comparable à un suicide petit à petit. C’est ainsi qu’il a requis la même peine qui a été prononcée à Argentan, 16 mois de prison fermes. Le président de la cour a été plus clément et a condamné le prévenu à quatre mois d’emprisonnement ferme.
Une peine pour le délit de refus d’obtempérer. Une contrainte pénale de 2 ans a été prononcée par le juge. Pendant cette période, le ferrailleur ne devra pas conduire d’engin à moteur ni consommer de boissons alcoolisées.

Partager.
Show Buttons
Hide Buttons