Trouver des financements pour ouvrir un institut de beauté

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Plusieurs solutions de financement peuvent être envisagées pour ouvrir un institut de beauté. Vous avez la possibilité :

    A lire aussi : Combien de photos mettre sur une annonce de vente de voiture ?

  • de solliciter un prêt bancaire ou de recourir à des investisseurs ;
  • sous certaines conditions (situation professionnelle, nature de l’activité prévue et lieu d’implantation), d’obtenir des aides de l’Etat ou des collectivités locales sous forme de subventions, d’exonération de charges sociales ou d’allègements fiscaux ;
  • A voir aussi : Choisir un courtier pour investir en bourse : nos conseils

  • si vous êtes demandeur d’emploi, de demander le versement d’une partie des indemnités de chômage vous restant dues par pôle emploi ;
  • en cas de création de votre institut de beauté sous forme de société, de demander à vos relations (amis ou proches) de prendre une participation dans le capital. En contrepartie, ils bénéficieront d’une réduction d’impôt sur le revenu.

Le recours à un prêt bancaire ou à des investisseurs pour le financement de votre institut de beauté implique que votre dossier soit bien ficelé. Au préalable, vous devez réaliser une étude de marché et établir un plan prévisionnel pour évaluer précisément les besoins de votre future entreprise (local, matériel, mobilier, agencement, frais de personnel, charges fixes…), cela montrera aux partenaires financiers sollicités que vous avez bien étudié votre dossier. Vous aurez à expliquer les raisons qui vous poussent à créer votre propre institut de beauté, prouver votre qualification (diplôme d’esthéticienne et expérience professionnelle) et votre capacité à mener à bien ce projet.

L’étude de marché

L’analyse du marché des instituts de beauté (local, régional et national) est une étape indispensable pour vous assurer de la faisabilité de votre projet et établir votre stratégie commerciale (taille de votre institut, choix du lieu d’implantation et perspectives de développement). Cet état des lieux vous permettra de disposer d’éléments concrets pour établir votre plan prévisionnel :

  • les tarifs pratiqués, le chiffre d’affaires moyen d’un salon d’esthétique en France, les tendances et la progression du marché ;
  • le nombre de concurrents situés près de l’endroit où vous envisagez de vous installer ;
  • les besoins de la clientèle, ses attentes, ses mécontentements.

Le plan prévisionnel

Une fois l’étude de marché réalisée, il vous faudra établir un plan prévisionnel qui comprend notamment :

  • le montant de l’investissement nécessaire à la création de votre institut ;
  • le compte d’exploitation (recettes/dépenses) pour les trois premières années ;
  • les actions commerciales que vous comptez développer pour vous faire connaître, les tarifs que vous envisagez de pratiquer ;
  • vos projets d’embauche de personnel et dans quel délai ;
  • les évolutions que vous envisagez à long terme.

Etude de marché et plan prévisionnel sont des éléments essentiels pour évaluer l’opportunité de vous lancer, définir vos besoins de financement, convaincre vos partenaires financiers et décider de votre stratégie commerciale. La pérennité de votre future entreprise en dépend. Aussi, il est vivement conseillé de vous faire aider par un professionnel, expert-comptable ou conseiller de la Chambre de commerce et de l’industrie, pour les réaliser.

Les différentes sources de financement possibles

Une fois que vous avez évalué vos besoins de financement, il est temps de trouver les sources de financement possibles. Il en existe plusieurs qui peuvent être mobilisées selon la nature et l’ampleur du projet. Voici quelques-unes des alternatives les plus courantes :

Les aides publiques : différentes entités gouvernementales proposent des aides financières pour soutenir la création d’entreprise dans certains secteurs spécifiques, comme celui de l’esthétique. Vous pouvez consulter le site internet service-public.fr pour avoir une liste actualisée des dispositifs existants.

Les emprunts bancaires : c’est probablement la solution à privilégier si votre projet nécessite un investissement conséquent et que vous ne disposez pas d’économies suffisantes ou qu’elles sont insuffisantes pour couvrir tous les coûts liés à votre entreprise.

L’apport personnel : cela consiste à utiliser vos propres ressources pour financer le démarrage et le développement de votre entreprise (apport personnel, économies…). Cette solution évite d’avoir recours aux prêts bancaires mais peut limiter votre capacité d’investissement.

Le crowdlending : il s’agit ici d’un mode dit ‘participatif’. Le principe est simple : faire appel au grand public via une plateforme spécialisée sur Internet (Ulule par exemple) en vue de collecter des fonds auprès d’une multitude de personnes souhaitant croire en votre projet.

Le capital-risque : ce type de financement convient surtout aux entreprises innovantes ayant un fort potentiel de croissance à court terme. Cette solution implique une entrée au capital d’un fonds spécialisé qui a pour objectif de réaliser des plus-values lorsqu’elle cèdera ses parts.

Il faut bien comprendre les différentes options possibles pour votre entreprise et choisir celle qui convient le mieux en fonction du projet, du montant nécessaire, mais aussi en prenant en compte des autres coûts annexes (charges financières, remboursement anticipé…). Il n’est pas toujours facile d’obtenir un financement et il peut être judicieux de se faire accompagner par un expert-comptable ou un conseiller financier pour maximiser vos chances.

Les critères de sélection des investisseurs ou partenaires financiers

Une autre étape importante pour trouver des financements est de savoir comment séduire les investisseurs ou partenaires financiers potentiels. Voici quelques critères à prendre en compte :

La crédibilité : avoir un projet clair, réaliste et bien documenté pour prouver sa crédibilité vis-à-vis de l’investisseur.

Le sérieux : s’engager sans faille dans le projet qu’on présente et respecter toutes les échéances du calendrier présenté au partenaire financier.

La marge de bénéfice envisageable doit être suffisante pour que l’investisseur puisse espérer une rentabilité intéressante sur son apport initial.

Le niveau d’endettement ne doit pas excéder 33 % des revenus générés par votre entreprise afin d’assurer sa viabilité économique sur la durée.

La qualité du dossier fourni aux investisseurs sera aussi un argument déterminant. Le business plan doit répondre à plusieurs questions essentielles telles que ‘Quelle est la valeur ajoutée proposée ?’, ‘Qui sont les concurrents ?’, ‘Quel est le potentiel de croissance ?’. Il faut aussi y ajouter vos objectifs à court, moyen et long terme, en précisant notamment ce qui fait la force de votre concept innovant (ou non), ainsi que différents scénarios possibles avec vraisemblance selon chaque hypothèse.

N’hésitez pas à faire preuve d’honnêteté intellectuelle en toute circonstance avec vos financeurs directs mais aussi indirects. Trouver des financements pour ouvrir un institut de beauté est une étape cruciale dans le processus de création d’entreprise. Une bonne préparation en amont permettra non seulement de mieux cibler les sources de financement possibles mais aussi d’accroître les chances que votre projet attire l’attention et la confiance des investisseurs ou partenaires financiers potentiels.

Partager.